Les harceleurs qui nuisent à Kabyle.com

Soutien Ahmed

Quelques mauvaises langues prétendent que je ne mérite pas d’être le propriétaire du site Kabyle.com. Je l’ai fondé à la fin des années 90, je l’anime, je le finance, je le mets à jour techniquement cela ne suffit pas. Certains disent encore que ne serait pas Kabyle et puis quoi encore ! Tiens donc, il paraîtrait même que je me serais accaparé du travail d’une association. Ce qu’ils omettent de préciser c’est que la création de cette association dont il est question est venue tardivement, après les événements de 2001, après la répression du Printemps Noir en Kabylie. K.com était le seul site à informer de l’actualité sur le terrain en Kabylie. Il avait obtenu rapidement une véritable reconnaissance par le public et la presse internationale (Canal +, Courrier International…).

L’AKFI

Revenons à l’Association Kabyle France International. J’en étais son Président, L. Ferroudj son trésorier, M. Imazatene son secrétaire. Je portais l’espoir de rassembler le plus grand nombre autour de ce projet. Durant cette courte expérience associative L. Ferroudj à Lyon et A. Aït Rabah en Kabylie ont été des appuis essentiels.

A la déclaration de l’AKFI, je conservais le nom de domaine déposé en mai 1999 autorisant son utilisation par l’association. Le site existait déjà depuis 1997. Les internautes fréquentaient nombreux son chat développé par Guillaume un collègue de Webcity, ses actualités, son forum. Donc Kabyle.com n’a jamais été à son fondement le site d’une association. Il était au départ mon travail de fin d’études en 3e cycle présenté à l’ICOM sous l’intitulé Cultures Afrique du Nord.

Il était impossible de revenir en arrière après avoir lancé l’association. J’ai donc été enclin à suivre en concertation avec ses administrateurs son évolution en Sarl. J’ai proposé à un ami développeur de nous rejoindre. C’est ainsi pour faire court que K.com est devenu une entreprise de presse en 2003.

Faire couler la réputation de Kabyle.com

On me reproche aussi des encaissements en liquide, des reconnaissances de dette qui n’ont jamais existé. Qu’ils apportent au moins une once de preuve. Notre comptabilité était « clean » traitée un temps par l’un de mes associés. Ce dernier était d’ailleurs aussi co-associé avec l’administratrice de notre principal concurrent (société d’édition) et ancienne contributrice du magazine en ligne K.com !

A ma demande, la comptabilité a été reprise par un expert comptable, contrôlée, puis j’ai entamé une recherche d’associé. Lassé et craignant une perte de contrôle de K.com avec de nouveaux investisseurs qui ne prenaient aucun risque (la part sociales sortantes étant restituées en totalité), j’ai tout d’abord proposé de transformer la sarl en société d’édition web avec mon ami associé, avant de liquider la structure d’un commun accord, lequel comprenait très bien la situation. L’énergie a été considérable pour tenir la barre et financer le site. Je me suis battu à bout de bras, traversant de nombreuses épreuves.

Un site qui a toujours été gratuit, indépendant

Aujourd’hui je maintiens Kabyle.com pendant mon temps libre par le biais de ma micro-entreprise. Je garde le sourire et laisse les ignorants dire à qui veut l’entendre ce qu’ils croient savoir du site n°1 de la communauté kabyle. Il ne vaut même pas la peine de perdre son temps, d’occasionner des frais de justice inutiles pour débusquer des trolls cachés en Algérie ou ailleurs.

S’ils tentent de nuire à mon e-reputation, à déformer mes propos et la réalité, qu’ils sachent que j’en ai assumé pleinement les risques en m’engageant dans le combat pour la Kabylie libre. De toutes les façons quoi qu’ils tentent, Kabyle.com est déjà entré dans l’histoire amazighe. K.com ne vend aucun produit, sa boutique en ligne était simplement du dépôt vente donc parler d’un business lucratif ne peut que prêter à rire. Le site sert avant tout une communauté.

Kabyle.com est le seul média kabyle en ligne à ce jour à afficher des mentions légales complètes, à décliner un statut juridique, à fournir une adresse postale, un numéro de téléphone pour un contact en direct, ce qui peut me valoir des nombreux harcèlements de tous ordres…!

Stéphane A. Numidviking 09/2017

Photographie : Stéphane A. à l’émission Berbères Sans Frontières Radio Canut Lyon

Laisser un commentaire