Fleurs de guignes

Au loin des silhouettes familières me font signe
Elles sourient sous leurs frimousses
Radieuses d’avoir suivi le temps dans sa course
L’été sans elles, voilà bien la pire des guignes.

août 2015