Virvoltances

Je lâche prise

Tu es la seule histoire que je désire

Tu m’as délivré des prisons à démolir

Tu es le mandala de ma vie, mes prières non apprises

Les troubadours jonglent sans fin

Ils arrachent les flammes de mon corps

Les cracheurs de feu divin

Dévorent tous mes incandescents décors

Dans leurs cascades coulent mes veines

J’ai rejailli taillé de ta lumière

A l’intérieur, les failles de mon coeur ouvert

De ton feu s’évapore la plus infime de mes peines

Comment ai-je été créé ?

Sinon pour te recevoir.

Comment ai-je été façonné ?

Sinon pour ne jamais te décevoir.

Comment ai-je été modelé ?

Sinon pour me donner à ton sourire.

Comment ai-je été ici projeté ?

Sinon pour t’aider à construire ton avenir.

Un thé laiteux bouillant

Se déverse au creux de mes aumônes

Un enfant tibétain clairvoyant

Se prosterne à tes pieds de madone

Luminescence, je te vis à présent

Je transite sur tes cercles, tes volutes, tes lignes intenses

M’abandonne à ta sagesse, te guide à ma conscience

Ton magnétisme m’attire vers la fin évolutive des temps.

15 juillet 2014